Ce principe est désormais adopté à titre de standard s’accompagnant d’un cadre de références et de mesures, allant jusqu’aux critères de subventionnement public. La  » Maison passive « , allant plus loin  que la  » maison à basse énergie « , n’impose ni modes ni formes de construction, ni choix de matériaux.

Le principe de la maison passive

Le nom du principe,  » Maison Passive  » vient du fait que ce type de construction fait un usage des sources de chaleur passives existantes, comme l’ensoleillement des façades, la géothermie, la chaleur résiduelle d’appareils électroménagers et de l’éclairage,  ou la chaleur dégagée par les occupants,  pour l’obtention d’une température intérieure agréable en période de chauffe habituelle, ou en rafraîchissement en été. De plus, on attend d’une construction selon ce standard, que ses aménagements réduisent, par des techniques efficientes et des choix d’équipement pertinents, les besoins en énergie électrique, des appareils électroménagers et de l’éclairage en particulier. Le but est d’arriver à une économie d’énergie pour l’ensemble chauffage, eau chaude et appareils électroménagers à moins de 42 kWh/m ² par an, pour une habitation familiale.

La technologie du principe de  » maison passive « 

De manière générale, les technologies de construction employées pour assurer la conformité à ce standard de « maison passive  » comprennent : une isolation très conséquente des murs et des toitures par l’extérieur, pour minimiser les ponts thermiques des portes et fenêtres à haute performances avec triple vitrage, gaz rare et un  important facteur solaire; un emploi pertinent des matériaux de construction par rapport à leur comportement thermique connu et mesuré : le bois connu pour sa faible conductivité thermique, limite les ponts thermiques, et les matériaux lourds (brique, pierre, béton) pour leur capacité de stockage thermique qui confère à la construction une bonne inertie thermique, qui s’oppose aux variations brutales de température ; les matériaux lourds capables de stocker beaucoup de chaleur et de fraîcheur,  mettent du temps à se réchauffer et à se refroidir.

Thermographie démontrant les fuites thermiques

Une fois assurée une isolation performante, le besoin thermique restant peut être satisfait par un préchauffage de l’air frais aspiré de l’extérieur au travers d’une ventilation contrôlée (ou l’inverse pour le rafraîchissement en été). Les constructions selon le standard  » maison passive  » procurent une économie d’énergie de près de 80 % de moins, pour le chauffage par rapport à une construction aux normes de la protection thermique, plus exigeantes.