C’est en effet dans le sous-sol que ce système trouve des calories qu’il transforme en chauffage à usage domestique. Renouvelable et gratuite, cette énergie est une solution d’avenir que plébiscitent de plus en plus de foyers.

Un chauffage écologique et économique

Une pompe à chaleur géothermie est en mesure de capter les calories sous la terre végétale de votre jardin. Par le biais d’un compresseur, cet appareil de chauffage génère une tension plus élevée et diffuse les calories puisées sous terre dans la maison. Pour fonctionner, cette pompe a besoin d’électricité mais elle en consomme peu : c’est donc au final un dispositif très avantageux qui permet d’économiser jusqu’à 60% sur sa facture habituelle de chauffage. Pour être opérationnels, les capteurs doivent être mis en place correctement dans le jardin. Ces éléments facilitent la circulation d’un fluide, le captage des calories dans le sous-sol et leur trajet vers la pompe à chaleur géothermie. Ce fluide va de la pompe jusqu’aux éléments placés dans la maison et qui diffusent la chaleur sur place. On distingue trois types de capteurs. Ces derniers peuvent être horizontaux (il s’agit alors de longs tubes), verticaux (sous forme de sondes) et situés jusqu’à 100 m sous terre ou bien elliptiques, des modèles inspirés des deux versions précédentes.

Des procédés de fonctionnement variés

Trois solutions sont adoptées s’agissant des pompes à chaleur géothermiques. Le procédé dit « sol-eau » désigne le système où le fluide calorifuge circule dans le capteur. La pompe apporte la chaleur à l’eau qui va chauffer sous le plancher ou dans des radiateurs. La deuxième technique, dite « eau-eau glycolée » désigne un dispositif où de l’eau pure est utilisée dans le système chauffant et où de l’eau additionnée d’antigel va des capteurs jusqu’à la pompe géothermique. Une troisième méthode, « à descente directe », désigne un mécanisme où le liquide frigorigène de la pompe parcourt la distance des capteurs au chauffage domestique sans étape. Cette dernière installation est plutôt délicate et ne convient pas pour assurer une fonction de climatisation. Elle s’applique en général à un plancher chauffant et nécessite une attention minutieuse pour traquer d’éventuelles fuites. Une installation de pompe à chaleur ne prend que peu de place au sol. Cet appareil n’émet aucune nuisance sonore, ce qui est un « plus » appréciable que l’on peut associer à sa performance thermique très intéressante.

Une mise en place souterraine

Le captage des calories en dessous de la terre végétale nécessite un forage dont la profondeur est variable. La nature du terrain est un facteur déterminant, ainsi que la technologie utilisée. Il faut faire creuser deux puits. Le premier sert à « aspirer » l’eau porteuse de calories. Le second est un puits de restitution : la pompe redirige l’eau refroidie vers le sous-sol. Une autorisation officielle est nécessaire pour faire creuser ces puits. Elle est accordée par la DREAL (direction générale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) du département concerné. Avoir un chauffage produit par la géothermie, c’est bénéficier de suffisamment d’énergie pour les besoins d’une maison, y compris en ce qui concerne la climatisation et l’eau chaude sanitaire. Ce système permet également de chauffer une piscine. On peut aussi produire de l’électricité par ce biais. Les économies sont donc au rendez-vous car la géothermie n’est pas soumise à des variations de prix, contrairement aux énergies fossiles. Certaines régions françaises proposent même des coups de pouce pour une installation de pompe à chaleur.